Mémoires des étudiants

Question d'interprétations

Comment amener l'élève à concevoir une interprétation d'une œuvre à travers les signes de la partition ? Nous avons évoqué dans ce mémoire la variabilité des notions que nous traitons, à la fois par rapport au contexte d'écriture de l'œuvre, puis à travers ceux qui manipulent les éléments du langage musical. Un deuxième point traite d'une approche de l'interprétation du point de vue du compositeur puis de l'interprète. Nous apportons, en troisième partie, le début d'une réflexion, centrée sur les stratégies d'enseignement à développer, pour placer l'élève au centre de son apprentissage, l'impliquer dans une recherche active face aux questions de l'interprétation musicale.

L'enseignement spécialisé de la musique à l'école du service public

Ce mémoire se propose d’être une aide à la remise en question et au changement dans les écoles de musique, en essayant d’en susciter l’envie et le désir, par la démonstration d’une nécessité au regard de la notion de Service Public.

Comment ? En émettant deux hypothèses :- Nos conceptions et représentations du modèle de l’enseignement spécialisé de la musique ne sont plus adaptées aux nouvelles missions des écoles de musique.- Nous pourrions partir du type de musicien que nous voudrions former plutôt que de s’obstiner à vouloir sélectionner des élèves qui auraient le bon profil pour réussir dans nos écoles de musique.

Regard sur la partition, son rôle, son utilité

Les élèves ont parfois du mal avec la lecture de notes : ils avancent lentement dans l’étape du déchiffrage de leurs morceaux. Pourquoi certains élèves lisent-ils moins bien la musique que d’autres ? Comment pourrions-nous les aider à ce que la partition ne soit plus un obstacle à leur apprentissage de la musique ? Quel rôle et quelle place doit tenir l’écrit dans l’enseignement de la musique ?

Quelles perspectives d'accueil et de formation dans les Ecoles de Musique et de Danse, pour adulte amateur ?

Description du dispositif d’enseignement spécialisé de la musique en France. Quel est son fonctionnement et quel est son rôle ? Dans ce contexte, comment est accueilli l’adulte amateur et quelle formation lui est proposée ?

La question de l'autorité dans le projet éducatif

Comment penser les finalités éducatives au regard de l'inégalité fonctionnelle du maître et de l'élève? A l'école de musique, où l'enseignement est fortement individualisé, l'ascendant du professeur se trouve-t-il renforcé, ou au contraire moins nécessaire? L'étude du "pouvoir pédagogique" du professeur met en évidence des enjeux majeurs, comme celui du postulat d'éducabilité, et ceux qui émergent d'une reflexion sur les notions d'autorité et de discipline. Il s'agit de sortir du schéma maître/apprenti, et de savoir transférer son autorité dans une véritable didactique de sa discipline, pour sortir de la relation duelle et faire de l'éducation un véritable projet d'autonomie pour les sujets.

Les représentations des professeurs et des musiciens sur le "sens rythmique". Quel enseignement pratiquer ?

L’enseignement de la musique se révèle parfois inefficace pour la compréhension de certaines notions musicales et installe chez les élèves des " problèmes " dont les professeurs ne parviennent pas toujours à définir la cause et pour lesquels ils tentent de trouver des solutions. La question du " sens rythmique " en fait partie, avec tout son cortège de représentations plus ou moins fiables (phénomène d’acculturation, importance du sensitif, lien avec notre horloge biologique, … ). Les notions musicales, en particulier celle du rythme, doivent-elles être redéfinies ? L’enseignement doit-il être repensé ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions.

Les modèles dans l'enseignement de la musique en France

En France, l’enseignement spécialisé de la musique est fortement imprégné par le modèle du Maître dispensant son enseignement. Quelles sont les conséquences de cette conception ? Peut-on envisager un autre modèle d’enseignement en replaçant l’élève et le processus d’apprentissage au centre de nos préoccupations ? Les enseignants, en réfléchissant à l’histoire de l’enseignement musical, peuvent-ils engager un processus de questionnement sur les finalités de l’enseignement dispensé dans les écoles de musique, et se lancer dans une dynamique de projets ?

Le Deejaying à l'école de musique ...

Quelles conceptions avons-nous aujourd’hui de l’enseignement musical spécialisé ? À l’heure où le Deejaying peut faire son entrée dans l’institution, quels moyens pédagogiques l’école de musique se donne-t-elle pour jouer pleinement son rôle d’établissement public. Est-elle en mesure de répondre à la demande des citoyens qui la font vivre ? Peuvent-ils, eux aussi, être acteurs à part entière de leur école de musique ?

"Pluridisciplinarité", "interdisciplinarité", "transdisciplinarité" : Qui a dit facilité ?

Analyse de la mécanique des disciplines, et de la mise en discipline des savoirs dans l'enseignement spécialisé de la musique; Réflexion sur l'élargissement des frontières disciplinaires à partir des notions de pluridisciplinarité, d'interdisciplinarité, de transdisciplinarité, ou de variabilité didactique.

Le travail à la maison : Un enjeu pédagogique

Le système d'enseignement de la musique tel qu'il fonctionne aujourd'hui repose sur le travail personnel de l'élève. Or le travail instrumental se révèle être une activité complexe exigeant un degré important d'autonomie. Plusieurs observations de séances de travail montrent que les élèves peinent effectivement à planifier leur travail, en particulier parce qu'une dimension essentielle leur échappe trop souvent : celle du sens musical. Quels peuvent être les moyens mis en œuvre par les enseignants pour aider l'élève ? Comment considérer l'articulation entre le temps de cours et le temps de travail personnel ? Nous verrons que l'activité de l'élève pendant le temps de cours garantira son activité pendant son travail personnel et que la construction du sens musical par l'élève donne une véritable finalité à son travail, finalité qui lui permettra de guider son action.

Représentations et enseignement. De l'utilité du concept de représentation pour l'enseignement spécialisé de la musique

Qu’entend-on par représentation mentale ? Peut-on définir l’objet des représentations en musique? De quelle manière les représentations se forment-elles et évoluent-elles (théorie constructiviste de la connaissance)? Comment peut-on capter, analyser et faire évoluer les représentations ? Quelles implications pour l’école de musique ?

La recherche de l'unité par la valorisation des différences. Un défi pour l'équipe pédagogique

Partant de la remise en cause de l'efficacité de l'équipe pédagogique à proposer un modèle de cursus adapté aux élèves, nous avons tenté de mettre à jour ses dysfonctionnements. En tentant de discerner les causes des conflits la traversant, nous avons proposé différents points qui pourraient permettre une meilleure gestion de son fonctionnement. En effet, l'équipe pédagogique et les professionnels qui la composent, sont sans aucun doute les clés d'une école de musique différente. Pour cela, ils devront tirer profit de toutes leurs diversités de générations, de formations, d'expériences...

A propos de la globalité dans les apprentissages musicaux

Nous avons pour mission, en tant qu’enseignants spécialisés, de transmettre des savoirs et savoir faire très précis mais, comment les relier à une globalité musicale, en prenant en compte également l’élève dans son entièreté ?

Pour répondre à cette problématique, nous avons donc commencé par développer la notion de réalité musicale globale au sein des apprentissages de l’élève. Nous nous sommes intéressés dans un deuxième temps à l’élève dans tous les aspects de sa personnalité, à la fois dans le cadre du cours individuel et dans celui du cours collectif. Enfin, nous avons étudié certaines pistes permettant à l’école de musique de favoriser un enseignement à la fois personnalisé et contextualisé musicalement.

L'entrée des musiques actuelles à l'école de musique. Point de départ d'une réflexion sur la place de l'élève

Les politiques culturelles des collectivités territoriales poussent les écoles de musiques vers plus de démocratie culturelle. Celles-ci s’ouvrent donc aux musiques actuelles, mais cela pose évidemment la question de la manière d’enseigner ces nouvelles pratiques. C’est à cette question que tente de répondre ce travail, en plaçant l’élève au cœur du dispositif d’apprentissage.

Mémoire, oralité, écriture

La mémoire joue un rôle essentiel dans les apprentissage en général, et plus particulièrement ceux de la lecture et de l’écriture. Ce constat est valable, bien-sûr pour l’éducation musicale . La notation musicale est complexe et fait appel à des capacités spécifiques pour son utilisation. En s’appuyant sur les recherches scientifiques, sociologiques, neurophysiologiques, épistémologiques, peut-on extrapoler les lignes de conduites d’un enseignement musical mieux adapté et optimisé, par rapport à un état des lieux actuel politique et institutionel ? Quelle doit y être la place de l’oralité et de l’écrit en définissant les enjeux de l’un et de l’autre, afin de donner un sens à l’apprentissage de la musique?

Changer... oui, mais comment ? Un regard sur les pratiques dans les écoles de musique

L’enseignement musical spécialisé est en mutation depuis de nombreuses années. Entre résistances et volontés de changement, qu’en est-il vraiment ? Quelques pistes de réflexion pour de possibles changements de fond.

L'autonomie musicale : quel moyen pour la développer ?

Comment définir l’autonomie dans le milieu musical ? Que signifie un élève autonome ? Quels moyens avons-nous en tant qu’enseignants pour permettre aux élèves d’accéder à l’autonomie ?

Ce mémoire tente de cibler au mieux cette notion très large et cherche à la replacer dans le cadre de la pratique musicale.

L'enseignement du chant ou le paradoxe d'une liberté obligée

Historiquement, l’art a toujours été au service d’une autorité de tutelle, d’abord religieuse, puis laïque. On conçoit mal une créativité bridée, privée de liberté. Y a- t- il une liberté pour l’Art et pour l’Artiste ? Comment la préserver, voire la cultiver ? Cette question fondamentale de la liberté apparaît comme essentielle pour guider le choix des instances qui orientent, régissent et financent la vie culturelle de notre époque, ainsi que pour les établissements spécialisés d’enseignement artistique, et jusqu’aux enseignants eux-mêmes, qui mettent leur savoir et leur savoir-faire au service de la musique en général et du chant en particulier, activité qui place tout un chacun devant une paradoxale nécessité de liberté.

Du bon sens à la compétence

En partant de l'évolution de l'enseignement et de la place de l'école dans notre société, se développe une réflexion autour de la pédagogie et de l'acte d'apprendre. Mais, enseigner pour le professeur ne signifie pas forcément avoir appris pour l'élève. Or, nous constatons autour de nous que les apprentissages liés à des situations de vie réussissent pleinement. En effet, parce qu'il est confronté au monde auquel il doit s'adapter, et qu'il comprend le sens de ses démarches, l'enfant cherche naturellement à acquérir les connaissances nécessaires à la réussite de ses objectifs. Face à cette réalité, le bon sens invite à s'interroger sur les missions et fonctions de l'enseignant, et sur les compétences qu'il doit développer pour passer du simple « transmetteur » de connaissances, à l'« éducateur » capable d'organiser des situations d'apprentissages par rapport à de véritables objectifs éducatifs.

Oralité / Ecriture. Procédures actives

Analyse des méthodes d’enseignement de la musique, ainsi que des procédures actives : l’oralité et l’écriture.

Pages